Le nouveau miracle économique allemand

Les PME sont la force de l'Allemagne

L'Allemagne est l'une des grandes économies mondiales et l'une des plus importantes nations industrielles. Apparemment, le pays a mieux supporté la crise financière et économique de 2008 que d'autres pays.

L'industrie tient le premier rôle, car elle a très bien surmonté l'effondrement mondial et continue à proposer dans le monde entier des produits et des services performants. Le magazine économique britannique « The Economist » parle par exemple en termes élogieux du « Germany’s new Wirtschaftswunder » (le « nouveau miracle économique allemand »). La puissance de l'économie allemande serait ainsi imputable, non pas uniquement à la croissance des grands groupes, mais aussi, et surtout, à celle de ses PME-PMI hautement spécialisées, solidement implantées dans les régions.

Les PME-PMI constituent le cœur de l'économie allemande et offrent d'ores et déjà aux professionnels étrangers des emplois intéressants : 99,6 % des entreprises établies en Allemagne affichent un chiffre d'affaires maximum de 50 millions d'euros et emploient maximum 500 personnes. Elles font donc partie, d'après la définition allemande, des PME-PMI. Environ 95 % d'entre elles sont des entreprises familiales, dirigées par des chefs d'entreprises personnellement responsables.

Le modèle allemand

Le magazine américain « Time » résumait ainsi il y a peu le succès de l'économie allemande : de nombreuses entreprises allemandes se seraient spécialisées dans les domaines les moins séduisants de l'industrie et produiraient, non pas des smartphones ou des tablettes, mais des machines, des pièces détachées et des équipements lourds.

Certaines entreprises allemandes, comme les constructeurs automobiles ou le troisième fournisseur de logiciels au monde, ont pourtant à cœur que leurs produits soient séduisants. Mais en substance, on ne peut qu'approuver l'analyse selon laquelle les entreprises industrielles hautement spécialisées et leurs produits sont le moteur de croissance de l'Allemagne. Ce qui, à l'ère de la création de valeur virtuelle et financière, longtemps portée aux nues, était considéré comme dépassé, fait aujourd'hui figure de référence : l'industrie est et reste une base importante de la prospérité. Avec 22 % de son économie générés par l'industrie, l'Allemagne est bien placée sur le plan mondial. L'industrie de la France, de l'Italie, de la Grande-Bretagne ou des États-Unis occupe une part moins importante de leur économie.

Presque 92 % des exportations allemandes de marchandises sont des biens industriels. Dans de nombreux domaines et sur de nombreux marchés, les entreprises allemandes sont les championnes du monde de l'exportation, par exemple dans le domaine des technologies dites vertes – les produits du secteur de la protection de l'environnement et de la lutte contre le changement climatique. Dans le secteur très porteur des énergies renouvelables, soit les énergies photovoltaïque et éolienne ainsi que les technologies plus efficaces de production d'énergie, l'économie allemande domine 30 % du marché mondial. Et apparemment, d'autres innovations sont sur le feu. Dans le domaine des technologies de l'environnement, près d'un quart des brevets déposés auprès de l'Office européen des brevets proviennent d'Allemagne.

Tous ces éléments contribuent à placer l'Allemagne devant la France, la Grande-Bretagne, le Japon et les États-Unis, avec un taux d'exportation de 41,5 %.

La plus importante économie européenne doit notamment ses performances à sa bonne infrastructure, au stade élevé de développement de ses entreprises et de son Secteur tertiaire, à la qualité de son enseignement supérieur et de sa formation professionnelle, par exemple dans le domaine de l'artisanat, et enfin à ses innovations.

Dans le domaine du numérique en particulier, le nombre d'innovations devrait continuer à augmenter – l'agenda numérique 2014-2017 défini par le gouvernement allemand pose un cadre politique. La révolution numérique modifie les processus économiques et les habitudes de travail. Cette industrie, aussi appelée en Allemagne « industrie 4.0 », influence les secteurs les plus divers de l'économie allemande.

La forte capacité d'innovation du pays dépend également du fait que les chercheurs tout comme les ingénieurs font preuve de créativité dans le développement de nouvelles idées et de courage dans leur mise en œuvre. En résumé : le pays a besoin de têtes bien faites, pour aujourd'hui et pour demain. Que vous veniez d'Allemagne, ou de beaucoup plus loin.

Ces leaders mondiaux inconnus

De nos jours, de nombreuses innovations sont développées par des équipes spécialisées, au sein d'entreprises ou de réseaux constitués d'entreprises, d'instituts de recherche ou d'universités. Ici aussi, ce mélange particulier de grandes et petites entreprises s'avère payant, car toutes investissent dans la recherche et le développement.

Les nouveautés viennent souvent des « Hidden Champions », majoritairement des PME méconnues, mais qui font partie des trois plus grandes entreprises mondiales de leur marché spécialisé.

L'économie allemande peut ainsi compter sur environ 1 500 entreprises leaders dans leur secteur. Parce que leurs sièges sociaux et leur production sont souvent implantés en province, leur succès est parfois sous-estimé. Ces champions méconnus, en nombre non négligeable, emploient plusieurs milliers de personnes. Ils sont des employeurs appréciés, car ils dirigent leurs entreprises sur le long terme et proposent souvent des emplois sûrs et bien rémunérés.

Les informations à découvrir sur d'autres sites Internet

Ministère fédéral de l'Économie et de l’Énergie

Informations sur l'économie allemande
(allemand, anglais, français)

Innovations allemandes

Brochure sur les secteurs d'activité exportateurs et innovants
(allemand, anglais)

Research in Germany – Land of ideas

Perspectives de carrière dans la recherche
(allemand, anglais, espagnol, français, etc.)

Office fédéral de la statistique

Faits et chiffres sur l'Allemagne
(allemand, anglais)