Travailler en Allemagne : le site web officiel
pour la main-d’œuvre qualifiée

Économie

L'industrie allemande réalise un chiffre d'affaires élevé

Au cours des dernières années, la plupart des secteurs ont connu, malgré une conjoncture instable, une augmentation de leur chiffre d'affaires. Les secteurs ayant une forte activité à l'export jouent ici un rôle très important. L'industrie automobile reste le leader du marché, avec un chiffre d'affaires de 404 milliards d'euros pour l'année 2016. Véritable fer de lance de l'innovation, elle participe fortement à la croissance et à la prospérité du pays. Elle contribue également dans une large mesure à la réussite d'autres secteurs auxquels elle est étroitement liée : chimie, électrotechnique, sidérurgie, métallurgie et textile.

Les entreprises du secteur agroalimentaire sont également bien placées. Troisième exportateur mondial de produits alimentaires, ce secteur affiche un chiffre d'affaires de 172 milliards d'euros en 2016 et offre de multiples opportunités d'emploi dans le commerce de gros et de détail. L'industrie électrotechnique présente elle aussi une large gamme de prestations et enregistre, en 2016, un chiffre d'affaires de 179 milliards d'euros.


Le pays industriel qu'est l'Allemagne compte parmi les économies les plus développées au monde. Cela se reflète également dans un niveau de vie élevé, comme le prouve le produit intérieur brut par habitant (PIB) en parité de pouvoir d'achat (PPA), qui s'établit à 48 839 dollars internationaux pour l'année 2016. Le PIB mesure les performances économiques d'un pays sur la base de la production nationale de biens et de services. Afin de faciliter les comparaisons entre les pays, le PIB est corrigé en fonction des différences de prix et de devises et est indiqué par habitant. Au sein de l'Union européenne, l'Allemagne se place à la septième place, derrière le Luxembourg, l'Irlande, les Pays-Bas, l'Autriche, le Danemark et la Suède.

L'Allemagne s'en tire également honorablement en comparaison à d'autres grandes nations industrielles. Les États-Unis, pays d’immigration classique avec 57 325 dollars internationaux, se trouve certes devant l'Allemagne, mais le Canada et l'Australie, avec respectivement 47 025 et 47 770 dollars internationaux, sont eux derrière. D'autre part, l'Allemagne se distingue par une répartition relativement homogène des revenus. La population locale, comme la population immigrée tire parti du niveau élevé du PIB par habitant et de la répartition des revenus. Tous peuvent ainsi mener une vie prospère, mais aussi – en raison des structures démocratiques – profiter de la liberté et de la sécurité du pays.


Le modèle allemand

Le magazine américain « Time » résumait ainsi il y a peu le succès de l'économie allemande : de nombreuses entreprises allemandes se seraient spécialisées dans les domaines les moins séduisants de l'industrie et produiraient, non pas des smartphones ou des tablettes, mais des machines, des pièces détachées et des équipements lourds.

Certaines entreprises allemandes, comme les constructeurs automobiles ou le troisième fournisseur de logiciels au monde, ont pourtant à cœur que leurs produits soient séduisants. Mais en substance, on ne peut qu'approuver l'analyse selon laquelle les entreprises industrielles hautement spécialisées et leurs produits sont le moteur de croissance de l'Allemagne. Ce qui, à l'ère de la création de valeur virtuelle et financière, longtemps portée aux nues, était considéré comme dépassé, fait aujourd'hui figure de référence : l'industrie est et reste une base importante de la prospérité. Avec 22 % de son économie générés par l'industrie, l'Allemagne est bien placée sur le plan mondial. L'industrie de la France, de l'Italie, de la Grande-Bretagne ou des États-Unis occupe une part moins importante de leur économie.

Presque 92 % des exportations allemandes de marchandises sont des biens industriels. Dans de nombreux domaines et sur de nombreux marchés, les entreprises allemandes sont les championnes du monde de l'exportation, par exemple dans le domaine des technologies dites vertes – les produits du secteur de la protection de l'environnement et de la lutte contre le changement climatique. Dans le secteur très porteur des énergies renouvelables, soit les énergies photovoltaïque et éolienne ainsi que les technologies plus efficaces de production d'énergie, l'économie allemande domine 30 % du marché mondial.

Les Innovations allemandes

Le coussin gonflable de sécurité (1971)

Sac en plastique qui se déploie lors d'un accident dans les 20 à 50 millisecondes entre les occupants du véhicule et l’intérieur de la voiture. Le premier brevet de coussin gonflable de sécurité a été attribué à Walter Linderer en 1951. L'idée est d'abord de Daimler-Benz.

L'aspirine (1897)

Médicament largement utilisé qui soulage la douleur, inhibe l'inflammation et la coagulation du sang. La substance active est l'acide acétylsalicylique.

L'imprimerie (1440)

Processus mécanique dans lequel des textes avec des timbres colorés pour chaque lettre et signe de ponctuation sont imprimés sur du papier pour la presse.

Le goujon (1958)

Le goujon sert à fixer une vis ou un objet au mur. Il est généralement fabriqué en polyamide et est placé dans un trou de forage dans le mur. En vissant la vis, la cheville se dilate dans le mur et permet ainsi un maintien sûr.

Le dynamo (1866)

Générateur électrique pour la conversion d'énergie mécanique en énergie électrique.

Le bois liquide (1998)

Le biomatériau thermoplastique, qui est principalement produit à partir de composants du bois, de lignine et de cellulose, est commercialisé sous le nom de Arboform.

Le planeur (1894)

Aéronefs qui se déplacent uniquement en utilisant le flux d'air ne nécessitent donc pas de moteur à essence. Le planeur est un planeur très léger.

L'ampoule (1854)

Source de lumière artificielle dans laquelle le courant électrique chauffe un conducteur électrique. Le conducteur électrique est si fortement chauffé que celui-ci produit la lumière.

L'hélicoptère (1936)

Avion à décollage et atterrissage verticaux. Sur le rotor à moteur, les ailes tournent et soulèvent ou maintiennent l’hélicoptère en l'air.

La moto (1885)

Moto à deux roues avec un ou deux sièges.

L'harmonica (1821)

Instrument à vent à la main avec boîtier en métal. Les conduits d'air parallèles sont soufflés par la bouche.

MP3 (1995)

La procédure de compression de fichiers audio a été mise au point à l’Institut Fraunhofer pour les circuits intégrés à Erlangen, dans le sud de l’Allemagne.

Le système périodique (1864)

Organise tous les éléments chimiques avec un numéro atomique croissant en fonction de leurs propriétés chimiques en périodes, groupes principaux et sous-groupes.

Le scanner (1951)

Dispositif de collecte de données qui capture les données de l'original (par exemple, un document) à l'aide de capteurs et les convertit en données numériques

La bouteille isotherme (1903)

Récipient isolant destiné à retarder l'échange de la température du contenu avec la température extérieure par un vide entre les parois intérieure et extérieure du récipient. Généralement, il sert à garder le café ou le thé chaud, mais peut également garder les boissons froides.

Le dentrifice (1902)

Augmente l'effet du nettoyage des dents avec une brosse. Le dentifrice contient, entre autres nettoyants corporels et actifs, contre les caries dentaires et les maladies parodontales.

Cependant ce n’est pas seulement dans le domaine des technologies de l'environnement que l’Allemagne est considérée comme le pays des grandes innovations, la moto, le tramway et l'automobile font notamment partie de ces inventions révolutionnaires. Dans le monde globalisé d'aujourd'hui, la capacité d'innovation d'un pays joue un rôle fondamental dans sa position d'acteur économique mondial. En 2016, avec 67 899 dépôts de brevets, l'Allemagne occupait ainsi la première place en Europe. Afin de préserver cette capacité d'innovation, les chercheurs et ingénieurs du pays doivent faire preuve de créativité et d'audace pour développer et mettre en œuvre leurs idées, mais les jeunes recrues qualifiées manquent. Afin de renforcer sa capacité d'innovation, l'Allemagne a donc également besoin de l'immigration d'une main-d'œuvre hautement qualifiée. En résumé : le pays a besoin de têtes bien faites, pour aujourd'hui et pour demain, qu'elles viennent d'Allemagne ou de bien plus loin.


La plus importante économie européenne doit notamment ses performances à sa bonne infrastructure, au stade élevé de développement de ses entreprises et de son secteur tertiaire, à la qualité de son enseignement supérieur et de sa formation professionnelle, par exemple dans le domaine de l'artisanat, et enfin à ses innovations.

Dans le domaine du numérique en particulier, le nombre d'innovations devrait continuer à augmenter. La révolution numérique modifie les processus économiques et les habitudes de travail. Cette industrie, aussi appelée en Allemagne « industrie 4.0 », influence les secteurs les plus divers de l'économie allemande. Ici, l'Allemagne se classe dans ce domaine en tête de l’Europe avec plus de 30 000 demandes de brevet et fournit plus de 11% des demandes de brevet à l'Office européen des brevets.

Afin de maintenir cette capacité d'innovation dans le futur, l‘Allemagne investit dans la recherche et le développement. En 2015, l'Allemagne a consacré 2,9 % de son produit intérieur brut (PIB) à la recherche et au développement. En comparaison avec les autres pays européens, il s'agit d'une proportion importante. La même année, la moyenne des 28 pays de l'Union européenne se situait en effet à 2,0 % du PIB.

Meet the Mittelstand

Plus de 99% des entreprises allemandes sont des PME. Dans d’autres pays, cela n’est pas aussi prononcé et dans certains pays, le mot allemand est même adopté dans leur propre langue, car il n’ya vraiment pas d’équivalent pour cela. Leur éventail est large et s'étend des petites entreprises innovantes créatrices de logiciels, aux entreprises artisanales riches d'une longue tradition, en passant par les fabricants de machines présents à l'international, et bien d'autres encore. Statistiquement, toutes les entreprises de moins de 500 salariés sont considérées comme des PME. Des entreprises nettement plus importantes sont souvent intégrées à cette catégorie lorsqu'elles sont dirigées comme des PME : dans une large mesure, le ou la propriétaire prend seul(e) les décisions qui concernent la politique de l'entreprise – et en assume alors les risques et la responsabilité. Dans ces entreprises, le responsable entretient en général des contacts étroits avec la société et les salariés et assume une responsabilité particulière en termes de sécurité de l'emploi. Dans leur très grande majorité, les PME s'efforcent de garantir leur existence à long terme et accordent beaucoup d'importance à la stabilité des relations avec les clients, les fournisseurs et les entreprises. Les salariés y sont bien plus que de simples numéros. De nombreuses PME jouent d'ailleurs dans leurs régions un rôle de mécène dans les domaines de la formation, de la culture et du sport.

Dans le droit fil de la tradition allemande d'invention et d'expérimentation, de nombreuses entreprises du « German Mittelstand » sont axées sur la technologie. En général, le principal argument de vente de leurs produits et services n'est pas le prix, mais la qualité ainsi que le degré élevé d'innovations mises en œuvre. Un grand nombre de ces entreprises sont leaders de leur marché à l'échelle européenne ou mondiale. Dans ces structures à taille humaine, de nombreux collaborateurs issus de différents services – développement, production, commercial et après-vente – sont impliqués dans les processus d'innovation et y contribuent ainsi à leur mesure.

Les nouveautés viennent souvent des « Hidden Champions », majoritairement des PME méconnues, mais qui font partie des trois plus grandes entreprises mondiales de leur marché spécialisé.

L'économie allemande peut ainsi compter sur environ 1 500 entreprises leaders dans leur secteur. Parce que leurs sièges sociaux et leur production sont souvent implantés en province, leur succès est parfois sous-estimé. Ces champions méconnus, en nombre non négligeable, emploient plusieurs milliers de personnes. Ils sont des employeurs appréciés, car ils dirigent leurs entreprises sur le long terme et proposent souvent des emplois sûrs et bien rémunérés.

Information sur le web

Ministère fédéral de l'Économie et de l’Énergie

Informations sur l'économie allemande (BMWi) (allemand, anglais, français)


Research in Germany – Land of ideas

Perspectives de carrière dans la recherche  (allemand, anglais, espagnol, français, etc.)

E-mail

Envoyez-nous vos questions, rédigées en allemand ou en anglais, sur les thèmes du travail et de la vie en Allemagne. Nous vous répondrons dans les plus brefs délais.

Envoyer un e-mail

Hotline

Grâce à notre hotline, obtenez des conseils personnalisés en allemand ou en anglais. N'hésitez pas à nous contacter.

Contacter la hotline

FAQ

Trouvez les réponses aux questions les plus fréquentes sur les thèmes de la vie et du travail en Allemagne, sur notre site Internet et sur nos partenaires.

Accéder à la FAQ

Chat

Grâce à notre service de chat, posez directement vos questions à nos spécialistes, en allemand ou en anglais. Rapide et sans rendez-vous !

Commencer la disscussion

Contact

Ce site web utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. 
 Plus d'informations